EN IT DE SL FR

À la une et évèneme-
nts.

Dans cette section:
  • Nouvelles sur le projets ECONNECT et évènements à propos de l'écologie dans toute la région alpine;
  • Un calendrier qui sera mis à jour sur les réunions et manifestations;
  • Abonnement à la newsletter (en téléchargements);
  • Abonnez-vous aux nouvelles RSS.
Events
Lien vers la page Infoservice alpMedia CIPRA .

Newsletter

Send

Fill the form and click on SEND.

28 September 2011

Au terme de trois années de recherche et de travail sur le terrain, le projet européen ECONNECT en est à sa conclusion : résultats de la conférence finale

La conférence de clôture du projet ECONNECT s’est tenue à Berchtesgaden, en Allemagne, en présence de représentants politiques des six pays alpins, ainsi que d’experts et chercheurs scientifiques appartenant aux institutions locales et internationales. Les membres de l’équipe de projet ont présenté les résultats du projet, qui était l’un des premiers à se pencher sur la question de la connectivité alpine sur la base d’une approche intégrée et multidisciplinaire.

 La conférence finale a donné lieu à des débats et à des propositions d’un grand intérêt concernant la protection, l’amélioration et le développement de la connectivité sur l’ensemble de l’arc alpin. « Le résultat le plus important et, d’une certaine manière, le plus surprenant est qu’en fait la connectivité dans les Alpes est encore adéquate pour de nombreuses espèces », a déclaré Dr. Chris Walzer, de l’Institut de recherche en Écologie, Flore et Faune sauvages de l’Université de médecine vétérinaire de Vienne, qui est le partenaire chef de file d’ECONNECT. « Mais c’est justement pour cette raison qu’il nous faut rester sur nos gardes. Pour préserver et maintenir comme il se doit les connexions entre habitats alpins, nous devons nous appuyer sur des stratégies de gestion raisonnées et de longue haleine, couvrant le territoire tout entier, ainsi que sur des outils spécifiques. » L’un des outils développés par les chercheurs d’ECONNECT est la plate-forme JECAMI. Il s’agit d’un système informatique très novateur pour le mappage des barrières et corridors écologiques, grâce auquel les utilisateurs peuvent voir les routes potentielles de migration de certaines espèces et en tenir compte lors des processus de planification régionale d’utilisation du sol, pour assurer la protection des espèces en question.

Entre autres résultats tangibles, mentionnons les actions réalisées dans les sept régions pilotes du projet. ECONNECT a concrètement contribué à la protection des connexions écologiques dans ces régions, comme le montre notamment le cas du Parc naturel Alpi Marittime, où un important résultat a été atteint : outre la mise en place d’un système de monitoring des câbles de remonte-pentes et funiculaires, en effet, la recherche effectuée pour ECONNECT par le personnel du Parc a permis d’informer les autorités compétentes de la présence, dans une zone où un projet de construction était à l’étude, d’un important corridor de migration, suite à quoi le projet a été bloqué.

Autre résultat notable du projet ECONNECT : il a permis de relever que les principales barrières à surmonter pour assurer une collaboration internationale efficace en matière de protection des écosystèmes sont des barrières culturelles. ECONNECT a représenté une occasion importante pour discuter et développer des solutions à ces problématiques sur la base d’une perspective plus vaste, permettant ainsi de progresser vers la mise en place de la connectivité écologique dans les Alpes. Parmi les différents résultats obtenus, peut-être le plus immédiat est-il le partage, à l’échelon européen, de données environnementales en vue de soutenir les activités de recherche. Le partage de données environnementales à travers l’arc alpin est un préalable incontournable pour la mise en place d’une collaboration transnationale efficace en matière de conservation de la biodiversité.

21 September 2011

ECONNECT: DES ILES ECOLOGIQUES AUX RESEAUX ECOLOGIQUES DANS LES ALPES

La connectivité écologique concerne deux aspects : voir, d’une part, si les habitats sont bien connectés physiquement les uns aux autres et, de l’autre, s’il est facile pour les espèces de se mouvoir entre les habitats en question. Il s’agit d’éléments fondamentaux pour la conservation de la diversité biologique, car de nombreuses espèces et la plupart des fonctions écologiques (dont beaucoup fournissent aux êtres humains d’importants services écosystémiques) ont besoin d’espaces bien plus vastes que ceux disponibles dans les limites des parcs. L’arc alpin est l’une des régions à la fois les plus riches en biodiversité et les plus peuplées d’Europe ; les groupes de travail ECONNECT y ont analysé la question de la connectivité écologique selon différentes perspectives, en considérant, d’un côté, les effets, sur le libre mouvement des espèces, des barrières physiques créées par l’homme et, de l’autre, l’aspect – peut-être plus important encore – des questions législatives et institutionnelles à aborder pour construire un réseau écologique alpin efficace.

Le consortium ECONNECT a mis en place une méthodologie solide pour identifier les corridors et les barrières physiques clés présents dans les Alpes. Les chercheurs se sont basés sur les besoins de six « espèces indicatrices » (le loup, l’ours brun, le lynx eurasien, le vautour fauve, le cerf élaphe et le tétras lyre) pour évaluer la connectivité et ont découvert, par exemple, que 71,4% des habitats potentiels de l’ours brun sont situés en-dehors des espaces protégés et que 64,5% des corridors utiles au lynx sont dépourvus de protection. En plus des barrières physiques, les partenaires de projet ont également examiné les « barrières invisibles » entravant la connectivité écologique, telles que les lois ou accords institutionnels insuffisants ou conflictuels. Ils ont conçu un intéressant outil de cartographie pour visualiser les barrières et corridors, permettant de présenter aux décideurs politiques et aux planificateurs le concept de connectivité écologique.

Une nouvelle vision pour l’arc alpin

« L’équipe du projet ECONNECT envisage un continuum écologique durablement rétabli et entretenu, formé de paysages interconnectés, sur toute la région de l’arc alpin », a déclaré Chris Walzer, partenaire chef de file d’ECONNECT. « Pour cela, il s’impose de mettre en place des mesures de conservation allant au-delà des îlots écologiques individuels et, plus important encore, passant à travers tous les secteurs de la société. La connectivité est la clé de la conservation de la biodiversité et de la capacité de reprise des processus écologiques dont nous dépendons tous ». Pour atteindre ce but ambitieux, il est essentiel que les décideurs politiques s’engagent dans des processus décisionnels de longue haleine regroupant des scientifiques, des politiques, des praticiens et autres acteurs, en vue de développer des solutions praticables et intégrées, en mettant à profit les opportunités écologiques et économiques offertes par la connectivité écologique en matière de synergie et de co-bénéfices. 

ECONNECT sur le terrain : l’exemple de la région pilote BERCHTESGADEN-SALZBURG

ECONNECT a mis en place des solutions dans sept régions pilotes disséminées le long de l’arc alpin, au travers d’actions unies par une commune complexité : les paysages sont en effet le fruit d’interactions complexes entre les êtres humains et d’autres espèces, entre des contraintes et opportunités économiques anciennes et nouvelles, entre les activités de loisir et les nécessités des espèces. Il est fondamental d’appréhender cette complexité pour construire un réseau écologique alpin efficace. « La région pilote Berchtesgaden-Salzburg, par exemple, a été le siège d’actions tangibles visant à maintenir le réseau écologique régional de vastes pâturages ouverts en tant qu’élément du paysage culturel et de l’identité régionale », dit Michael Vogel, directeur du parc national de Berchtesgaden. « Non seulement les prés et pâturages ouverts sont essentiels pour la flore et la faune régionales, mais ils constituent également un élément représentatif du paysage traditionnel de cette région. En protégeant ces espaces, nous pouvons leur conserver à la fois leur valeur écologique et leur valeur paysagère, qui constitue un potentiel important au plan touristique».

L’équipe ECONNECT a élaboré, à l’intention des décideurs politiques, une série de recommandations dont il faudra tenir compte si l’on veut transformer des écosystèmes dégradés et fragmentés en un réseau alpin sain et robuste. Ces recommandations seront présentées, en même temps que de nombreux autres résultats, aussi importants et intéressants les uns que les autres, lors de la conférence finale d’ECONNECT, qui se tiendra à Berchtesgaden (Allemagne) du 26 au 28 septembre 2011. Ce sera là l’occasion de proposer des solutions innovantes pour protéger notre patrimoine naturel alpin et de voir, dans le cadre d’un forum, comment évoluer pour insérer solidement la connectivité écologique dans l’agenda politique européen.

12 September 2011

Conférence finale Econnect

Du 26 au 28 septembre 2011 se tiendra à Berchtesgaden, en Allemagne, la conférence internationale « Webs of life – Alpine biodiversity needs ecological connectivity – Results from the ECONNECT project » ; il s’agit d’un rendez-vous important pour tous ceux qui souhaitent approfondir le thème de la connectivité écologique dans les Alpes et connaître les mesures concrètes mises en place, par le projet, dans 7 régions pilotes.

28 June 2011

Les laureats du concours «Photographier au-delà de la frontière» ont été selectionnes

Un prestigieux groupe d’experts, présidé par Denis Curti, critique photographique, directeur du siège milanais de l’agence photographique Contrasto et vice-président de la fondation Forma, s’est réuni le 1er juin pour sélectionner les trois meilleures photographies réalisées par les participants au concours « Scatti oltre frontiera – Photographier au-delà de la frontière ».

Les trois photos gagnantes donnent une perception visuelle du concept de barrière, ainsi que de la manière dont le territoire modifié par l’homme limite le mouvement de la faune. Notons toutefois que, si elles représentent une accusation à l’encontre de l’intervention humaine et de ses effets négatifs sur le territoire, ces images n’en contiennent pas moins aussi un message positif, en montrant que la nature est capable de contourner les barrières ou de cohabiter avec elles.

En ce sens, l’espace s’ouvre donc à un partage entre espaces alpins protégés et établissements humains, dans un environnement perméable et sûr pour tous.

Malgré la difficulté du thème traité (le concept de franchissement des barrières dans le contexte alpin), nous avons reçu plus de 100 photos réalisées par des photographes amateurs de différents pays. Dans son évaluation, le jury a voulu récompenser, plus que la qualité de l’image, la capacité de l’artiste de transmettre de façon directe et émotionnellement prenante le concept de barrière et de libre circulation des espèces dans le contexte alpin.

Les trois photographies gagnantes, qui s’intitulent « Diga di Morasco » (Barrage de Morasco), « Bardonite » (la Nuit Blanche de Bardonecchia) et « Un giorno lungo un anno » (Un jour long comme une année), résument bien ce concept. Les trois lauréats se sont vu assigner les prix suivants : un séjour à la Locanda del Sorriso, dans le Parc naturel Alpi Marittime, un séjour à l’Alm & Wellnesshotel Alpenhof de Berchtesgaden (Allemagne) et un panier de produits typiques offert par les Oasis du WWF Italie.

En outre, la précieuse collaboration avec l’agence Contrasto et avec la fondation Forma a permis de lancer, en début d’année, une initiative à laquelle ont participé les élèves du mastère de Photography and Visual Design, réalisé en collaboration avec la NABA (Nuova Accademia di Belle Arti) dont Curti est le directeur. Guidés par le prof. Giacomo Giannini et coordonnés par le prof. Francesco Zanot, les étudiants se sont lancés dans des travaux très novateurs sur le thème de la connectivité écologique : citons par exemple l’histoire d’un loup, Roméo, qui tente de franchir les barrières alpines pour rejoindre sa Juliette bien-aimée, ou l’idée d’une sélection naturelle imaginaire qui permet à certaines espèces alpines d’évoluer de façon à pouvoir franchir les barrières créées par l’homme.

Le résultat de ce travail, original et tout à fait nouveau, sera illustré lors de la conférence finale du projet, prévue à Berchtesgaden (Allemagne) du 26 au 28 septembre 2011. Il s’agit là d’un rendez-vous très important – d’une part, pour faire part aux experts, aux institutions et planificateurs territoriaux, à l’échelon européen et régional, ainsi bien sûr qu’au public, des résultats du projet Econnect et, de l’autre, pour définir les prochaines actions à entreprendre en vue d’améliorer et de protéger les corridors qui permettent aux espèces de migrer et de se déplacer librement le long de l’arc alpin.

19 May 2011

Conference Internationale Econnect: Restoring the web of life

La conférence traitera et examinera les interventions pluridisciplinaires sur le problème de la connectivité dans les Alpes, en se basant sur les résultats du projet ECONNECT, établi en 2008 par 16 partenaires européens et fondé en collaboration avec le programme de coopération territoriale européenne dans l'espace alpin (INTERREG IVB).

La conférence finale de ECONNECT a pour but de donner des informations sur la situation de la connectivité écologique dans l'espace alpin et de partager les connaissances pour améliorer le web de la vie dans les Alpes. Une plateforme est prévue pour débattre les méthodologies et les concepts adoptés pour ce projet afin de définir une stratégie commune adéquate et parvenir à une bonne connectivité écologique. On présentera et discutera plus particulièrement les lignes guide et les recommandations fixées pour la mise en œuvre de mesures de connectivité dans les sept régions pilote participant au projet.

Au cours de la 3ème journée il y aura une visite sur le terrain pour examiner les solutions adoptées dans la région pilote de "Berchtesgaden - Salzburg" afin de réaliser et améliorer la connectivité écologique dans la région.

Avec une présence massive de participants venant de nombreux pays différents et d'institutions diverses, chacun s'occupant des multiples aspects de la connectivité écologique, la réunion de Berchtesgaden est le lieu idéal pour rencontrer des collègues, des partenaires et pour participer aux nombreux et intéressants débats.

Pour plus d'informations, veuillez écrire à info@econnectproject.eu. La participation à la conférence est gratuite. Une traduction simultanée en anglais, allemand, français et italien est assurée.

Merci de bien vouloir transmettre ces informations à vos contacts locaux, nationaux et internationaux.

9 May 2011

Berchtesgaden – Salzburg: projet de revitalisation de la rivière Saletbach

La rivière « Saletbach » pourrait jouer un rôle important dans le réseau écologique régional de la région pilote « Berchtesgaden-Salzburg ». Aussi Econnect soutient-il la revitalisation de cette rivière. Au début de l'été 2011, son lit sera élargi pour permettre le développement de structures et dynamiques naturelles. En outre, une étude sera mise en place pour établir la nécessité éventuelle de la reconnecter au lac Obersee. Une soirée organisée début mars à l'intention des acteurs intéressés leur a permis de prendre connaissance des activités de Econnect.
La région pilote est également active dans d'autres domaines. Une étude sur les amphibiens doit bientôt commencer et des activités visant à conserver des prairies extensives d'une grande valeur écologique vont être mises en place au début du printemps. Un atelier sur la planification paysagère et les réseaux écologiques sera organisé à l'intention des décideurs en mai 2011.

27 April 2011

L’avenir des espaces protégés: des îlots éparpillés ou le centre d’un réseau vert ?

Le Parc national Hohe Tauern accueillera une conférence internationale sur les espaces protégés et leur rôle au sein des réseaux écologiques. Les 3 et 4 mai 2011,
les projets et initiatives en cours sur la connectivité écologique en Europe, dans les Alpes et dans la région pilote de Hohe Tauern seront présentés à Mallnitz/A. La conférence « L'avenir des espaces protégés », qui se tiendra en allemand, illustrera les derniers résultats obtenus et mettra l'accent sur les défis à relever.
Si, du fait de ses dimensions (il mesure plus de 1.800 km2 et constitue le plus vaste espace protégé des Alpes), le Parc national Hohe Tauern constitue un élément
fondamental du réseau écologique alpin, ses habitats n'intéressent en fait qu'un nombre limité d'individus de certaines espèces. Par exemple, l'aigle royal a besoin
d'un territoire mesurant entre 50 et 100 km², l'aire de répartition du gypaète barbu peut couvrir plusieurs centaines de km2 et l'aire de déplacement d'un lynx peut atteindre les 1.000 km2. Un seul espace protégé ne peut assurer la protection d'espèces ayant des exigences spatiales d'une telle ampleur. La biodiversité unique des Alpes ne peut être assurée qu'au travers d'un réseau écologique efficace.


Pour plus d'informations et pour s'inscrire :
http://www.hohetauern.at/index.php?option=com_content&view=article&id=1426:zukunft-der-schutzgebiete&catid=127

30 March 2011

La nouvelle lettre d'information de Econnect

La nouvelle lettre d'information de Econnect est disponible Cliquez pour télécharger

8 February 2011

Un corridor pour la flore sur les Alpes italiennes

Les effets du réchauffement global sont particulièrement évidents sur la flore, notamment sur les versants des pré-Alpes exposés au sud, où l'on peut voir certaines essences migrer rapidement vers des altitudes de plus en plus importantes. Ce processus peut comporter un risque d'extinction totale, là où des altitudes modestes ne permettent pas aux espèces de se déplacer davantage. L'augmentation de la température se traduit en effet, dans les zones montagneuses, par une force d'entraînement qui, chez certaines espèces, déclenche des processus migratoires vers les hauteurs.

En l'espace de cinquante ans, d'après une étude publiée par l'université de Pavie, 56 espèces ont migré vers des altitudes supérieures (avec des dénivellements de 10 à 430 mètres), 25 espèces « nouvelles » ont été découvertes par les chercheurs, tandis que 15 espèces pourraient avoir disparu, tout cela face à une augmentation moyenne de la température, dans la zone intéressée, de 1,2° C.

Face à ce grave phénomène d'extinction potentielle et réelle, dont les effets se répercutent sur la faune et sur l'écosystème de montagne, il devient impératif d'effectuer une activité de recherche, afin de comprendre les faits et d'identifier des corridors d'altitude potentiels pour les espèces en danger.

C'est là l'objectif de GLORIA. Pour plus d'informations sur le projet, visiter : http://www.gloriaorobie.it

31 January 2011

Résultats de la conférence finale du WP6

 

Le 9 décembre 2010 s'est déroulée à Aoste (I) la conférence finale du WP 6 « Barrières juridiques » du projet ECONNECT. L'événement était organisé par le ministère italien de l'environnement (MATTM), chef de file de ce module de travail, en collaboration avec le partenaire Région Vallée d'Aoste et avec le support technique de l'Académie Européenne de Bolzano (EURAC).

Les participants y ont débattu de différents sujets étroitement liés à la biodiversité, par exemple la diversité agricole, et présenté les points de vue d'autres organisations telles que le Partenariat de la Montagne (relevant de la FAO), l'intérêt central de la conférence demeurant toutefois axé sur les résultats atteints par le module de travail 6.

La première action menée par celui-ci consistait à évaluer le cadre juridique des pays alpins (Autriche, France, Suisse, Italie, Allemagne, Slovénie) en analysant certains critères tels que la protection de la nature, l'aménagement du territoire, la connectivité écologique et la coopération transfrontalière. Les résultats de ces évaluations ont ensuite été présentés au public.

La conférence a également été l'occasion de présenter pour la première fois une étude comparée des cadres juridiques des différents pays, dans laquelle on a étudié les pays deux à deux (Italie-France, Italie-Suisse, Autriche-Allemagne, Italie-Autriche) pour en faire ressortir les différences et les similitudes, en présentant des cas d'étude sur les régions pilotes et en évaluant des outils potentiels pour créer et/ou améliorer les réseaux écologiques dans ces régions pilotes. Les études portent notamment sur le groupe européen de coopération territoriale (GECT), introduit par le règlement (CE) n° 1082/2006 comme outil potentiel pour la gestion conjointe d'espaces protégés transfrontaliers. Le ministère et tous les partenaires du WP6 ont dû affronter une tâche assurément contraignante, mais le projet a constamment avancé grâce à une bonne utilisation de la plate-forme prévue par le projet LexALP (qui, dans le cadre du programme INTERREG IIIB « Espace alpin », a mené à l'harmonisation d'environ 2.000 termes juridiques dans les langues alpines), grâce à l'apport d'autres expériences significatives telles que celle de l'Espace Mont-Blanc ou encore grâce à l'expérience de coopération de longue date entre les parcs Mercantour et Alpi Marittime (qui réaliseront bientôt leur propre GECT sous le nom de « Parc européen/Parco europeo Alpi Marittime - Mercantour »).

Le fait d'avoir organisé bien avant la fin du projet ECONNECT (prévue pour juillet 2011) la conférence finale du WP 6 a permis de mettre en commun le travail effectué jusqu'ici et, avant qu'il ne soit définitivement conclu, de l'ouvrir aux contributions et suggestions des pays alpins et des parties intéressées.

A l'avenir, les résultats de ce module de travail constitueront un outil efficace pour toutes les parties prenantes (par exemple les gestionnaires des espaces protégés) qui opèrent sur le territoire alpin et souhaitent créer ou améliorer les réseaux écologiques nationaux et transfrontaliers. Les analyses qu'il fournit seront certainement un outil de planification utile pour aider à prévenir les problèmes pouvant naître dans le cadre de projets dont le succès dépend d'une prise en compte immédiate des questions et obstacles juridiques et/ou administratifs potentiels. Le MATTM prévoit de mettre en place, en collaboration avec le WP3, une campagne d'information qui permettra d'informer les parties intéressées quant aux ressources mises à disposition grâce aux efforts de tous les partenaires du module de travail 6. Inutile de préciser que ce qui a été fait devra être périodiquement revu et actualisé pour se conformer aux éventuelles variations survenues entretemps dans les législations nationales.

16 January 2011

Le concours photographique d’Econnect est terminé

Le concours photographique d'Econnect est terminé. L'équipe d'Econnect remercie tous les participants. Les informations concernant la sélection des photos gagnantes seront publiées  dès que possible.

Pour voir les photos, aller sur : http://www.flickr.com/groups/econnect/

10 December 2010

Un pas inutile vers la fragmentation du Parc national du Stelvio

Le Parc national du Stelvio sera géré directement par les autorités locales : ainsi en a décidé le « Comité des Douze ». Dans ce cadre, le Parc sera géré par les Provinces autonomes de Trente et de Bolzano et par la Région Lombardie, en collaboration avec les communes intéressées.

Il y a de fortes probabilités pour que cette décision provoque une fragmentation inutile et potentiellement dommageable du Parc. En effet, la nécessité d'une action cohérente n'a malheureusement pas été prise en considération ; pourtant, seule l'action d'une autorité forte et unique qui sache équilibrer les exigences des autorités locales avec les nécessités de protection du Parc pourrait assurer une conservation efficace des habitats du Parc.

Le Parc national du Stelvio aurait dû être un grand parc transnational s'unissant, idéalement, avec le parc suisse de l'Engadine. La décision prise par le Comité va en sens inverse : si la fragmentation du Parc est susceptible de garantir des fonds plus sûrs, il est tout aussi certain qu'il se vérifiera une augmentation de la pression sur l'environnement, de la consommation de sol et de l'activité de chasse, car les collectivités locales sont plus facilement influençables.

Sans compter que le démembrement du Parc national du Stelvio pourrait devenir un dangereux précédent pour d'autres parcs.

30 November 2010

Nature sans frontières: conférence en vue d’un nouveau Schengen pour les espèces alpines

(c) Flickr - Mike Knell

Un ours peut-il être italien ou suisse ? Et une étoile des neiges ? Leur couleur blanche immaculée semble nous rappeler constamment que la faune et la flore alpines n'ont pas de drapeau et appartiennent à un seul environnement qui ne connaît pas de frontières nationales : les Alpes. Et pourtant... Les 6 États qui se partagent les Alpes ont chacun sa législation, chacun sa manière de gérer les espaces protégés. Les premières à faire les frais de ces divergences juridiques sont les espèces qui relèvent de différents statuts de protection.

Pour parler de ce problème et proposer des outils en vue de créer un Schengen de la nature, une conférence intitulée « Connectivité écologique et agriculture de montagne : les outils existants et une vision pour l'avenir » a été organisée pour le 9 décembre dans la Salle du Palais régional.

Cette conférence présentera le travail réalisé dans le cadre du projet ECONNECT par le Ministère italien de l'Environnement, l'EURAC (Académie européenne de Bolzano) et la Région autonome Vallée d'Aoste, qui, après avoir comparé les différentes législations nationales des pays alpins, ont ensuite mis au point une véritable « boîte à outils » en vue d'abattre les barrières juridiques séparant ces pays et permettre ainsi de protéger la nature au niveau panalpin.

Barrières juridiques menaçant la nature : quelques exemples

Un exemple de barrière juridique est celle qui existe entre les pays alpins de l'Union européenne et la Suisse. En effet, la Suisse n'est pas tenue, lorsqu'elle légifère, de tenir compte des directives communautaires et, lorsqu'elle le fait, elle n'est pas tenue de les suivre à la lettre. Ainsi peuvent naître des différences qui constituent une barrière juridique.

Un autre exemple frappant : le loup. Alors qu'il est strictement interdit de chasser cet animal en Italie, la situation est différente en Suisse, où, sur la base de certaines dérogations, il est possible de l'abattre.

Mais même entre les pays de l'Union européenne il existe des divergences significatives : c'est le cas, par exemple, de l'ours brun, dont la chasse est autorisée en Slovénie, mais pas dans les autres pays alpins. Aussi s'imposait-il de faire un travail d'harmonisation des cadres juridiques nationaux, et c'est de cette exigence que sont nées les études et la « boîte à outils » construite par les partenaires du projet ECONNECT

Connectivité écologique et agriculture de montagne

Les réseaux écologiques au sens large comprennent également les productions agricoles. Dans les zones de montagne, en particulier, l'apparition de la biodiversité est manifestement tributaire des activités agricoles et pastorales et nombreuses sont les espèces autochtones ou celles qui se sont adaptées aux zones en question. Certains produits alimentaires et espèces animales sont typiques de ces zones et constituent une partie importante de leur patrimoine génétique. Des exemples en ce sens sont présents dans toutes les Alpes (pensons aux cépages d'altitude en Vallée d'Aoste, aux cerises tardives de la province de Bolzano, à certaines races ovines et bovines autochtones, etc.). Par conséquent, leur protection et leur valorisation rentrent pleinement dans une stratégie de conservation de la biodiversité alpine.

Il existe des outils juridiques ou volontaires applicables à ces produits, de même qu'il existe des stratégies appropriées de marketing territorial et commercial susceptibles de contribuer à la valorisation de ces réseaux de produits de qualité, même sur le plan économique. A cet égard, l'on pourra bénéficier de l'apport de la FAO, dont la participation facilitera une mise en liaison optimale entre questions alimentaires et questions liées à la montagne.

(picture: Flickr - Mike Knell)

11 November 2010

Les bouquetines grimpent sur le barrage

Pour lire l'article complete, voir Le Post (photo: A. Migliorati)

13 October 2010

La nouvelle lettre d'information de Econnect

La nouvelle lettre d'information de Econnect est disponible Cliquez pour télécharger

27 September 2010

À Turin, plus de 150 personnes (experts, autorités locales et étudiants) réunies pour parler de barrières et corridors écologiques

L'atelier organisé par le Parco Alpi Marittime et la Région Vallée d'Aoste a permis à de nombreux participants (chercheurs, autorités, parties prenantes locales, étudiants et organisations no-profit) de se confronter sur le thème de la connectivité écologique).

Au cours de la matinée, des expériences très intéressantes ont été présentées.

- Une approche participative - La collaboration du département de l'Isère (F) avec les gestionnaires de chemins de fer et d'autoroutes, avec des pêcheurs, agriculteurs, naturalistes et planificateurs, a mené à un projet intégré de gestion du territoire, dans un climat de dialogue avec plus de 80 administrations communales. Une approche ouverte et participative, donc, grâce à laquelle les questions liées à la connectivité écologique ont été prises en considération dans les plans d'urbanisme réglementaire.

- Visibilité des barrières - Les câbles aériens des télécabines et remonte-pentes constituent une menace pour les oiseaux, notamment pour les tétras lyres et les lagopèdes alpins. D'après une recherche effectuée par l'Observatoire des Galliformes de Montagne sur la partie française des Alpes et des Pyrénées, presque 60% des installations sont associées à des cas de mortalité (684 cas au total, dont 476 tétras lyres et 103 lagopèdes).  Certains systèmes de visualisation (coloration des câbles et utilisation de flotteurs pour les remonte-pentes (photo) se sont révélés efficaces pour réduire l'impact négatif sur l'avifaune.

- Oiseaux et électricité - Une expérience intéressante menée dans le Parco del Delta del Po emiliano a permis d'atténuer l'impact des pylônes et des câbles électriques sur les oiseaux. Il a été calculé que, dans la zone en question, environ 171 oiseaux/km se tuent sur les câbles électriques. Parmi les systèmes mis en place en collaboration avec l'Enel (la société d'électricité) : la réalisation de juchoirs et de plates-formes sur les poteaux et pylônes, la rationalisation des lignes électriques et l'enfouissement des câbles, ainsi que le remplacement des câbles classiques par des câbles de type « Elicord » (formés de 3 câbles isolés entre eux, torsadés autour d'un filin porteur).

Au cours de la session de l'après-midi, les participants se sont répartis entre trois ateliers traitant respectivement de connectivité aérienne, terrestre et aquatique. S'il en est ressorti un cadre généralement pessimiste, en raison du manque de planification à moyen et long terme, le dialogue a toutefois été fructueux et différentes propositions ont été avancées :

- En premier lieu, il s'agit d'améliorer et d'augmenter les efforts de communication vis-à-vis des citoyens et des autorités locales. Il faut faire en sorte que soit comprise la valeur, même économique, de la nature.

- Faire en sorte que des expériences telles que les « contrats de fleuve » soient insérées dans la planification territoriale, tout comme les plans de gestion des SIC et les plans de prélèvement des sédiments de l'Autorité de Bassin.

En ce qui concerne la connectivité aérienne, il est possible d'améliorer la situation en engageant des dialogues constructifs avec les sociétés gestionnaires du réseau électrique et des remonte-pentes ; celles-ci font généralement preuve d'une bonne ouverture au dialogue, dont il convient de tirer profit. L'énergie éolienne est un domaine à part : ici, il est urgent que les administrations publiques prennent dûment en compte les évaluations d'incidence. Souvent, en effet, d'autres aspects, tels que l'intérêt économique et les mesures d'incitation, obtiennent une écoute plus importante lors de l'évaluation d'impact environnemental.

13 September 2010

Workshop: "Les connexions ecologiques sur les Alpes Occidentales: exemples concrets sur le territoire

Échelles à poissons, franchissements pour chevreuils et sangliers, câbles électriques enfouis pour permettre aux oiseaux migrateurs de passer sans danger. Ce sont là quelques-unes des expériences qui seront illustrées lors de l'atelier « Les connexions écologiques sur les Alpes occidentales », qui se tiendra le 24 septembre 2010 au Centro Incontri della Regione Piemonte, Corso Stati Uniti 23, Turin (I).

Rien que dans la province de Cuneo, il y a eu en 2008-2009 419 accidents de la route impliquant automobilistes et faune sauvage. Sur ce nombre, 237 ont intéressé des chevreuils et 151 des sangliers. Des accidents qu'il serait possible d'éviter en créant pour les animaux des sortes de « passages piétons », tels que, par exemple, les ponts verts. Dans ce cadre, l'expérience de la région française de l'Isère, qui sera présentée pendant l'atelier, montre que les corridors écologiques contribuent efficacement à la protection de la biodiversité alpine, tout en assurant aux automobilistes une plus grande sécurité.

Des îlots aux réseaux écologiques

La fragmentation des habitats alpins constitue un problème d'une actualité toujours plus prégnante. Trop souvent, en effet, la planification territoriale ne tient pas compte d'un fait : la nature est un système qui se meut continuellement, qui migre et pour lequel il s'impose d'aménager des corridors appropriés, afin de permettre aux différentes espèces de se maintenir en bon état de vie. Le concept d' « îlot écologique » (par exemple, parcs, espaces protégés) ne constitue plus une protection suffisante pour la faune alpine ; il faut maintenant passer à une dimension différente : celle des réseaux.

Des expériences de réseaux écologiques existant déjà en Italie, en France et en Autriche, l'atelier se fixe de les mettre en commun pour faire part de ces bonnes pratiques à tous les participants.

Organisée, dans le cadre du projet européen ECONNECT, par les partenaires de projet Parco Nazionale Alpi Marittime et Région autonome Vallée d'Aoste, et accueillie par la Région Piémont, cette initiative s'est assuré la présence de nombreux experts sur le sujet.

La première partie de la matinée sera consacrée à la présentation des « bonnes pratiques » les plus intéressantes et significatives ; modérateur : le professeur Bogliani, de l'Université de Pavie. Différentes interventions proposeront ensuite de nouveaux paradigmes de planification territoriale prenant en considération la connectivité écologique. Au cours de l'après-midi, trois ateliers thématiques se pencheront sur des formes spécifiques de connectivité : terrestre, aérienne et aquatique.

Pour vous inscrire, écrivez à: sede.operativa@parcoalpimarittime.it

23 August 2010

Nouvelle publication: "Implementing a Pan-Alpine Ecological Network - A Compilation of Major Approaches, Tools and Activities"

Les approches, les outils et les activités utilisés pour la mise en oeuvre du réseau écologique panalpin sont décrits dans divers documents, publications et rapports. Certaines de ces informations n'étaient pas encore accessibles au grand public ; d'autres ne sont disponibles que dans des publications indépendantes très détaillées. L'Office fédéral allemand pour la protection de la nature a donc décidé de rassembler et résumer ces activités et résultats dans un rapport rédigé en anglais, publié sous le titre " Implementing a Pan-Alpine Ecological Network - A Compilation of Major Approaches, Tools and Activities ". Le CD joint au rapport contient toutes les informations sous forme électronique. Le rapport est téléchargeable à l'adresse suivante : http://www.alpine-ecological-network.org/index.php/latest-news-mainmenu-2

 

26 July 2010

Econnect dans la Vallée d’Aoste

Le 11 août prochain se déroulera, dans la région-pilote Monte Rosa (I), une soirée organisée par des experts à l'intention des parties prenantes locales (agriculteurs, communes, offices de tourisme, guides alpins et exploitants des remontées mécaniques) et dans le cadre de laquelle seront présentés différents aspects du rapport entre biodiversité et agriculture.

Cette soirée se divisera en plusieurs parties, dont l'une, plus spécifiquement écologique, portera sur le Site d'importance communautaire « Ambienti glaciali del Monte Rosa » ; une autre partie sera consacrée à la présentation du projet Econnect ; autre sujet à l'honneur : l'importance d'une agriculture qui prenne en considération les aspects environnementaux tels que, par exemple, la connectivité écologique.

La journée se conclura par des interventions portant sur les produits DOP (Dénomination d'origine protégée) de la Vallée d'Aoste et par une petite dégustation. En annexe, voir le programme de la journée. Pour plus d'informations, s'adresser à : c.sedda@regione.vda.it

5 July 2010

Ponts verts sur les routes allemandes pour permettre le passage des animaux et augmenter la sécurité des automobilistes

Le gouvernement allemand développe actuellement un Programme national de connectivité prévoyant la réalisation de franchissements dans les zones de migration de la faune sauvage.
Ainsi a été définie, cette année, la première recherche sur les corridors écologiques jamais effectuée en Allemagne, qui constitue une base de travail importante pour la mise en place de ce programme.
Celui-ci prendra en compte différents aspects de la connectivité, par exemple les investissements pour les infrastructures, la protection de la nature, la planification urbaine, la recherche, la sensibilisation au problème et la coopération internationale.

Les investissements destinés aux corridors pour la faune seront définis sur la base d'un document énumérant les espaces les plus importants en matière de connectivité écologique.   
Dans le cadre d'un plan global de relance de l'économie, il est prévu d'allouer, d'ici fin 2011, environ 69 millions d'euros, à utiliser pour 17 actions sur le terrain portant principalement sur la réalisation des « ponts verts ».

Le Programme en question se base sur la considération qu'investir dans la connectivité aide à la fois à prévenir les accidents de la route et à protéger la nature. De par sa densité (l'une des plus élevées d'Europe), le réseau routier allemand détermine une forte fragmentation des habitats, d'où un haut niveau de risque tant pour les animaux en migration que pour les automobilistes. Chaque année, en Allemagne, le franchissement des routes par les animaux provoque de nombreux accidents, dont le bilan est lourd : plus de 3.000 blessés et une vingtaine de morts.

L'Association allemande des chasseurs estime qu'environ 250.000 accidents intéressent chaque année la faune sauvage, pour un préjudice économique s'élevant à 500 millions d'euros..

Pour plus d'informations :  http://www.bmu.de/pressemitteilungen/aktuelle_pressemitteilungen/pm/45883.php  (D)

Source: CIPRA International (www.cipra.org)

23 June 2010

Un exemple de corridor écologique dans le Parc delle Groane (I)

À l'intérieur du parc des Groane, un espace protégé qui s'étend au pied des Alpes, non loin de Milan, il a été réalisé un véritable passage souterrain pour amphibiens et petite faune, qui permet aux petits animaux de traverser sans danger la route qui coupe le parc en deux.

Terminé en 2009, cet ouvrage, qui est le premier exemple de passage souterrain pour amphibiens réalisé dans la plaine du Pô, permet aux tritons, rainettes, grenouilles, ainsi qu'à d'autres espèces telles que les couleuvres à collier, les vipères et les lézards verts, de se déplacer librement dans tout le parc, sans risquer de se faire écraser par les voitures passant à grande vitesse.

L'objectif plus vaste de cette intervention, qui connaîtra bientôt un second plan de travaux, est de conserver et d'augmenter la biodiversité du parc en valorisant le corridor écologique entre les deux sites d'importance communautaire (SIC) Pineta di Cesate et Boschi delle Groane.

Si aucun relevé quantitatif n'a encore été effectué, certaines observations ont néanmoins confirmé que les amphibiens présents dans le parc empruntent le corridor écologique entre les deux SIC.

Ce genre de bonnes pratiques constitue un exemple des interventions que le projet Econnect entend mettre en place dans ses régions pilotes pour préserver les amphibiens et la petite faune alpine.

Pour en savoir plus, cliquer ici (I)

Source : WWF Italie

8 June 2010

Circulation des poissons: obstacles et aides

60 000 : c'est le nombre d'ouvrages identifiés par l'inventaire des obstacles à l'écoulement construits sur les cours d'eau français (barrages, seuils, écluses, digues, moulins, etc.). Un inventaire qui vient d'être publié sur Internet sous forme de carte. Ces ouvrages, répertoriés par département, commune ou cours d'eau, rendent difficiles la circulation des espèces et des sédiments, et perturbent ainsi le fonctionnement des écosystèmes.


Ils constituent également des obstacles à l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau, objectif à atteindre d'ici 2015 selon la Loi sur l'eau et les milieux aquatiques (LEMA).


Le centre d'essais de l'Université de Kassel/D a mis au point un système inédit de pompes pour le débit d'attrait des passes à poissons. De l'eau est prélevée sur le cours d'eau en amont de l'échelle à poissons, puis réinjectée sous pression à l'entrée du dispositif par une tuyère. Le débit ainsi accru aide les poissons à trouver l'entrée du dispositif. La descente des cours d'eau par les poissons doit être facilitée par des grilles à poissons. Il s'agit de grilles en plastique qui empêchent les poissons de pénétrer dans le canal des centrales hydrauliques.

Sources et informations : Carte des ouvrages : http://carmen.carmencarto.fr/66/ROE.map (F), http://www.actu-environnement.com/ae/news (F), http://www.sonnenseite.com (D)

(www.cipra.org)

22 May 2010

Photographier au-delà de la frontière

Le 22 mai, Journée mondiale de la biodiversité, est également la journée de lancement de l'initiative mise en place par les partenaires de «Econnect project - restoring the web of life» et s'adressant à des photographes européens professionnels ou amateurs, en vue de collecter des images significatives exprimant le concept de franchissement des barrières dans le contexte alpin.

Si toutes les espèces ont besoin de se déplacer et de migrer à l'intérieur de leurs habitats, il arrive trop souvent que l'homme entrave cette liberté de mouvement: une autoroute ou une voie ferrée, une frontière ou une législation différente d'un pays à l'autre deviennent ainsi des obstacles infranchissables qui compromettent les déplacements naturels de la flore et de la faune.

Le défi lancé aux participants consiste à communiquer ce changement: les images devront raconter une histoire de barrières presque insurmontables et les stratégies conçues par les animaux et les plantes, avec l'aide de l'homme, pour, précisément, les surmonter.

Les participants pourront, d'ici le 15 janvier 2011, proposer jusqu'à trois photos maximum, format numérique, uniquement faites dans les Alpes ; un groupe a été expressément créé à cette fin sur le réseau social FLICKR (http://www.flickr.com/groups/econnect/) et chaque participant pourra s'y inscrire et télécharger le règlement.

Un groupe prestigieux d'experts, présidé par Denis Curti, critique photographique et directeur de l'agence photographique Contrasto, jugera les photos à partir du 15 mars 2011 et sélectionnera les 12 meilleures.
« Le choix d'utiliser la photographie comme instrument de communication sur un sujet si difficile », commente le président du groupe d'experts, Denis Curti, «représente une grande opportunité pour diffuser, même auprès des personnes non spécialisées en la matière, des thématiques qui, bien que ne recevant que peu d'attention de la part des médias généralistes, n'en sont pas moins urgentes.»

Les photos participant à cette initiative seront jugées sur la base de différents critères: pertinence thématique, créativité, originalité, qualité de l'image et technique.  

Les 12 photos finalistes seront exposées lors de la conférence finale du projet Econnect à Berchtesgaden (D) et seront utilisées pour réaliser un calendrier qui sera distribué à tous les participants européens présents à cette même conférence.  

Les meilleures photos se verront assigner:

- un séjour d'un weekend dans la région pilote Alpes-Maritimes "La locanda del Sorriso" (www.locandadelsorriso.com);
- un séjour d'un weekend dans la région pilote Berchtesgaden-Salzburg "Alm & Wellnesshotel Alpenhof **** (www.alpenhof.in)
- un panier de produits typiques provenant de l'oasis WWF Italie
- un ouvrage photographique édité par WWF-White Star « Ultimi e selvaggi » (titre français : «Animaux en péril»).

D'autres récompenses à décerner aux participants sont à l'étude.

10 May 2010

Expédition alpine: une marche pour les réseaux écologiques

Afin d'attirer l'attention sur l'importance des réseaux écologiques, Peter Sürth, un ingénieur allemand spécialisé dans la gestion de la vie sauvage, a décidé de se lancer dans une expédition à travers les Alpes. Il s'engage ainsi en faveur de la préservation et de l'amélioration de la diversité biologique, et souhaite en outre sensibiliser les populations à la question de la cohabitation entre l'homme et les grands animaux sauvages tels que le loup, l'ours et le lynx.

Pour communiquer sur son objectif, Peter Sürth organisera différentes manifestations tout au long de son itinéraire . L'une des particularités de cette expédition réside dans le fait que les personnes intéressées peuvent participer à une ou plusieurs des trois étapes prévues. Cet événement est subventionné par différents types de sport de plein air. Le coup d'envoi de la première étape, qui traversera l'Autriche, sera donné fin août 2010, à Mariazell/A. Les deux autres se dérouleront l'année prochaine.

Source et informations complémentaires sur http://www.derwegderwoelfe.de/alpenexpedition.htm (de)

13 April 2010

Séminaire sur les obstacles juridiques

CIPRA FRANCE vous invite au séminaire technique international "Limites et potentiels juridiques à la mise en oeuvre de corridors écologiques dans les Alpes". Le séminaire aura lieu le 6 mai 2010 à Grenoble (F), Maison de la Nature et de l'environnement de l'Isère (MNEI). Il fait partie du module de travail 6 du projet Econnect  "barrières légales" et est organisé en collaboration avec le module de travail 7 (mise en œuvre dans les régions pilotes).

Les juristes, scientifiques, politiques, naturalistes, gestionnaires d'espaces naturels et protégés sont invités de participer pour engager les débats sur les problèmes concrets et directs que pose la mise en oeuvre pratique des corridors écologiques sur l'espace alpin.
L'inscription est gratuite ! Remplissez et retournez le formulaire d'inscription avant le 30 avril. Un service de traduction anglais-français sera disponible.

29 March 2010 -
29 March 2010

Mars 2010 lettre d'information

La lettre d'information ECONNECT de mars 2010 est en ligne.

28 March 2010 -
28 March 2010

Feu vert pour les cerfs et les lynx dans le corridor Alpes-Carpates

À l'avenir, les animaux seront en mesure de se déplacer plus aisément entre les Alpes et le massif voisin des Carpates. Tel est l'objectif que s'est fixé le projet transfrontalier de corridor Alpes-Carpates, récemment engagé. L'Union européenne contribue à hauteur d'environ 2 millions d'euros.

Ce projet prend en compte différentes problématiques : préservation de la nature, planification spatiale, circulation, forêts, chasse et tourisme, avec une forte implication des communes concernées, l'objectif étant de définir des mesures concrètes permettant de sauvegarder les interconnexions entre biotopes - mesures qui seront ensuite mises en place sous forme de projets pilotes. Par exemple, des passerelles végétalisées aideront les cerfs et autres animaux à franchir en sécurité  les autoroutes et autres grands ouvrages infrastructurels coupant leur route.

Sous la responsabilité générale du Lander autrichien de la Basse-Autriche, onze partenaires autrichiens et slovaques appartenant aux secteurs de l'administration, de la recherche, de la préservation de la nature et des infrastructures vont collaborer au projet, dont l'échéance est fixée à l'été 2012 et qui constitue un apport important aux objectifs de la Convention alpine, de la Convention des Carpates et de la Convention sur la biodiversité.

Sources et informations: http://www.alpenkarpatenkorridor.at (de), http://www.wwf.at/de/akk (de)

 

 

28 March 2010 -
28 March 2010

Les feuilles d’information Continuum aident à mettre en place les mesures de connectivité dans les Alpes

L'Initiative Continuum écologique soutient sur le terrain la mise en place de mesures de connectivité écologique, grâce à une nouvelle série de feuilles d'informations, rédigées en allemand, français et italien à l'intention des parties prenantes locales. Certaines d'entre elles sont déjà disponibles en ligne.

Ces bulletins sont bien plus qu'un simple document d'information: leur principal objectif est en effet d'inciter à l'action. Ils sont ciblés sur les acteurs actuellement impliqués dans la réalisation de réseaux écologiques, par exemple les régions pilotes ECONNECT. Il s'agit d'une série de dix feuilles d'informations, qui prennent en compte les principaux domaines nécessitant des mesures de connectivité écologique : agriculture, forêts, gestion de l'eau, chasse et pêche, planification spatiale, circulation, protection de la nature et tourisme. Il est également prévu de publier d'autres bulletins, spécialement destinés aux municipalités et autres acteurs jouant un rôle de premier plan dans le domaine des réseaux écologiques.

Pour chaque secteur traité, le bulletin correspondant illustre son importance en matière de connectivité écologique, puis énumère les mesures concrètes de connectivité que les parties prenantes sont encouragées à mettre en place. Des exemples de bonnes pratiques dans les Alpes y sont également présentés, en vue de montrer l'efficacité réelle des mesures de connectivité et d'inciter les parties prenantes à les imiter. 

Les versions pdf imprimables des feuilles d'informations sur la protection de la nature (en allemand, français et italien), sur l'agriculture (en allemand et en français, la version italienne étant prévue incessamment) et la circulation (en allemand, les autres langues suivront) sont déjà disponibles au téléchargement sur: www.alpine-ecological-network.org/index.php/services-mainmenu-8/downloads-documents (en). Les versions imprimées seront disponibles pour les régions pilotes ECONNECT en mai.

28 March 2010 -
28 March 2010

Cartes et données ECONNECT maintenant disponibles en ligne

Le «Géoportail», dispositif dans lequel aboutissent toutes les cartes et données spatiales d'ECONNECT, est maintenant en ligne sur http://gis.eurac.edu. En outre, le groupe de travail sur la stratégie de mise en place et besoins en données (Implementation strategy and data needs) s'est réuni pour discuter de l'état des données au stade actuel du projet.
Le Géoportail permet de parcourir, d'examiner et de télécharger les données et métadonnées; il contient également une carte générale affichant toutes les régions pilotes des Alpes, ainsi que des cartes pour chacune des régions pilotes, sur lesquelles sont indiqués les espaces protégés et les sites « Natura 2000 ». Les cartes sont à la disposition de toutes les personnes qu'intéresse le projet ECONNECT.
Le groupe de travail ECONNECT "Stratégie de mise en place et besoins en données" s'est donc réuni le 5 février 2010 dans le cadre d'un atelier à Bolzano (I). Un résumé de la situation des données au stade actuel du projet a été présenté par l'institut EURAC research, leader du module de travail 4, puis discuté par tous les participants. Il en ressort que les données spatiales requises pour l'analyse des régions pilotes, c'est-à-dire pour le calcul du Continuum Suitability Index (Index Pertinents du Continuum), sont en accord avec les données collectées jusqu'ici. Quelques écarts demeurent dans certaines régions où les discussions avec l'administration sont encore en cours. Lors de la réunion, il a été signalé que, pour utiliser au mieux des séries de données plus détaillées, il ne convient pas d'harmoniser les différentes séries de données régionales, c'est-à-dire de les adapter au plus petit dénominateur commun.

28 March 2010 -
28 March 2010

Un site ECONNECT compréhensible et visualisé

Le site web ECONNECT a récemment été traduit dans les quatre langues du projet (allemand, français, italien et slovène) et sera bientôt équipé de cartes.
Le module de travail 3 «Information et publicité» va par ailleurs lancer, pour la période juin-décembre, un concours photographique destiné aux photographes de toute la région alpine. Le thème du concours et les membres du jury ont déjà été choisis. Le concours s'appuiera sur le réseau social Flickr et sur le site web ECONNECT. D'autres informations seront bientôt disponibles sur le site.

Grâce à l'outil développé dans le cadre du module de travail 4 (le géoportail), des cartes des régions pilotes seront mises en ligne pour faire comprendre au public où intervient le projet et quelles sont les mesures que ECONNECT est en train d'évaluer et de mettre en place. Le site web n'en sera que plus attractif. Les cartes seront présentées au travers de Google Maps et il sera ainsi possible de voir où se déroulent les mesures réalisées par les régions pilotes.

28 March 2010 -
28 March 2010

Partager la connaissance sur la connectivité à l’échelle des Alpes et au-delà et visualiser les corridors et la fragmentation existante

100 personnes appartenant à huit pays européens ont répondu à l'invitation à participer à l'atelier de Grenoble, en novembre dernier, usant de cette opportunité pour mettre en place un transfert actif de connaissances sur les réseaux écologiques. Les discussions de l'atelier ont aidé les partenaires ECONNECT à s'accorder sur les méthodes actuellement utilisées pour modéliser les habitats et les corridors dans l'ensemble des Alpes et pour visualiser les barrières.

La présentation de différentes études de cas a permis de présenter et de partager avec les participants des exemples de savoir-faire. Trois groupes de discussion ont notamment été formés pour assurer la mise en commun des connaissances dans le cadre de trois aspects importants de la méthodologie et de l'activité de projet: les corridors aquatiques, les corridors terrestres et les approches participatives. En tant qu'outil de transfert actif des connaissances dans le cadre du module de travail 8, l'atelier a bénéficié du savoir-faire et de la participation directe de tous les inscrits, grâce à quoi il a pu fournir à toutes les parties prenantes (spécialistes en matière de préservation, organisations gouvernementales et non gouvernementales, experts et leaders d'opinion) une vaste gamme de résultats. Cet atelier était organisé en coopération par l'université d'Innsbruck, le Cemagref de Grenoble et le Conseil Général de l'Isère.

Sur la base des discussions d'experts qui ont pris place lors de l'atelier, les partenaires du module de travail 5 ont pu s'accorder sur les méthodes qu'ils utiliseront pour modéliser les habitats et les corridors dans l'ensemble des Alpes et pour visualiser les barrières. A cette fin, des modèles fonctionnels de corridors de connectivité paysagère ont été choisis. Le choix des méthodes de modélisation les plus appropriées constituait la première étape importante vers l'identification des corridors et barrières. Le module de travail 5 s'attachera ensuite à collecter des résultats d'observation concernant les espèces indicatrices (quatre mammifères forestiers, deux oiseaux, deux espèces liées à l'eau).

Différents experts ont été contactés et, si la série de données se rapportant à l'une des espèces d'oiseaux (le tétras lyre) permet déjà de lancer le processus de modélisation, il n'en est pas moins souhaitable de réunir davantage de données. Un test mené sur le tétras lyre est actuellement en cours et les premiers résultats en seront bientôt disponibles. 

28 March 2010 -
28 March 2010

Berchtesgaden – Salzbourg: amélioration du réseau écologique des prairies extensives

Les prairies soumises à exploitation extensive sont des éléments paysagers importants de la connectivité écologique dans la région pilote de Berchtesgaden - Salzbourg. L'amélioration de ces habitats aidera à sauvegarder des espèces telles que les papillons, les libellules ou les sauterelles. C'est là l'une des tâches actuellement poursuivies dans le cadre des sous-projets de ECONNECT.

De l'avis des experts, mais sur la base également des analyses spatiales, les prairies extensives constituent donc un aspect important de la connectivité dans la région. Or, si l'on veut maintenir des métapopulations fonctionnelles d'insectes tels que ceux mentionnés plus haut, il faut leur garantir la présence, à des distances appropriées, d'espaces ouverts d'une certaine qualité. Mais, dans la région pilote germano-autrichienne, les aires cultivées sont de plus en plus fréquemment abandonnées en raison de leur basse rentabilité.
ECONNECT souhaite donc soutenir un processus pour améliorer le réseau écologique des prairies extensives, par exemple en développant et en testant des approches novatrices d'exploitation et de financement. Première étape en ce sens, actuellement en cours : identifier un ensemble d'espèces, en vue de cerner les différentes exigences spécifiques à l'espèce en matière de réseau écologique dans la région pilote.

Les représentants de la région pilote de Berchtesgaden - Salzbourg ont par ailleurs présenté leurs activités lors du séminaire « Networking diversity », organisé à Berne le 12 février dernier par l'Initiative Continuum écologique, dans le cadre de la conférence NATUR. Les présentations et le rapport de synthèse sont disponibles sur le site www.alpine-ecological-network.org/index.php/services-mainmenu-8/downloads-documents#natur2010.

28 March 2010 -
28 March 2010

Département de l’Isère: abattre les barrières

La région pilote française de l'Isère est très active dans le domaine de la connectivité écologique. Déjà engagée avec ECONNECT, la région participe depuis février 2009 à un autre projet européen intitulé « Couloirs de vie », qui aura une durée de six ans et dont l'enveloppe s'élève à neuf millions d'euros.
Dans le cadre de ce projet, les parties prenantes concernées (maires, exploitants agricoles, naturalistes, etc.) se sont plusieurs fois réunies pour plancher ensemble sur la cartographie des structures végétales et la connaissance du territoire.

Une passe à poissons est actuellement en construction. Elle améliorera les conditions de passage dans le Bréda, spécialement pour les truites. Une pêche de sauvetage a été organisée pour libérer le lit du fleuve pendant la durée des travaux. Il est en outre prévu de réaliser un passage à faune souterrain ou d'installer des détecteurs de faune.
 
Des cartes détaillées illustrant les activités prévues ainsi qu'un supplément d'informations sur le projet sont disponibles sur le site www.pathsoflife.eu (en, fr)

28 March 2010 -
28 March 2010

Paysages fluviaux alpins: connectivité, barrières et fragmentation

Quel degré de fragmentation un paysage fluvial présente-t-il ? Quels sont les principaux obstacles ou barrières intéressant les fleuves alpins ? Telles sont les questions sur lesquelles se penche l'Institut d'écologie de l'université d'Innsbruck dans le cadre de ses activités ECONNECT. Les résultats seront présentés par le biais d'un GIS, tandis que des contacts seront mis en place avec les autorités de gestion des bassins hydrographiques en vue de réduire l'incidence des barrières et d'intervenir au moyen de dispositifs de restauration.

Les paysages fluviaux constituent d'importants habitats, routes et corridors de dispersion et de migration pour les animaux et les plantes, tant aquatiques que terrestres. Dans les zones fortement peuplées des Alpes, et plus particulièrement dans les zones environnant les espaces protégés, ces paysages ont été intensément modifiés et ont souvent subi différentes formes de dégradation. Aussi la distribution, la migration et les mouvements naturels des organismes aquatiques et liés à l'eau sont-ils fortement perturbés et inhibés. Le module de travail 5 a pour objet d'améliorer cette situation, en analysant le potentiel existant en vue d'augmenter la connectivité et de réduire les effets de barrière et la fragmentation.

La première étape consiste à analyser les barrières agissant dans les dimensions longitudinale, latérale, verticale et temporelle des systèmes fluviaux. Parallèlement à l'application d'indices spécifiques permettant de visualiser le morcellement, l'on identifie les habitats typiques et les espèces fluviales (truite saumonée, ombre, chabot, tamaris). Les barrières potentielles susceptibles d'influer sur l'habitat et sur les mouvements de ces espèces seront visualisées sur des cartes.
 
Pendant la période actuelle de projet, le travail se concentre sur des régions pilotes spécifiques, prévoyant notamment d'identifier les barrières et obstacles effectifs présents au sein du paysage fluvial, tandis que des contacts seront mis en place avec les autorités de gestion des bassins hydrographiques en vue de réduire l'incidence des barrières et d'intervenir au moyen de dispositifs de restauration.

28 March 2010 -
28 March 2010

Le Triangle Rhétique: de nouveaux outils en ligne et un soutien aux initiatives locale

Le Parc national Suisse (PNS) développe actuellement un outil en ligne pour analyser les barrières et les corridors de la grande région pilote du Triangle rhétique. En outre, deux initiatives locales s'emploient activement pour le rétablissement de la connectivité écologique.

La nouvelle application cartographique permettra de comparer une zone, librement définie, avec d'autres zones environnantes et, sur la base d'indices sélectionnés, d'identifier les domaines où il s'impose d'agir. Cet outil, qui d'une part permettra aux experts de cerner les points chauds de la connectivité et le continuum écologique, servira également à sensibiliser un public plus nombreux parmi les personnes qui, dans la région pilote, s'intéressent à ces problématiques.
En outre, l'équipe ECONNECT du PNS apporte son soutien à deux initiatives locales mises en place dans la région pilote du Triangle rhétique (située à la frontière entre la Suisse, l'Autriche et l'Italie) pour rétablir la connectivité écologique.

Dans la région autrichienne arrosée par la rivière Inn, l'institut tyrolien de défense de l'environnement (le Landesumweltanwaltschaft) et le WWF Tyrol ont démarré un projet visant à améliorer, pour des espèces sélectionnées, la connectivité le long de la voie historique « Via Claudia Augusta ». Il s'agit d'une zone où les infrastructures routières connaissent un trafic intense. Des mesures sont envisagées pour réduire l'effet de barrière ainsi généré, ce qui devrait contribuer à améliorer sensiblement la migration des espèces sélectionnées. ECONNECT fournit à l'équipe de projet des connaissances concernant la sélection des espèces et la définition des corridors et des barrières, et assure l'accès au savoir-faire international en la matière. Ce projet exemplaire devrait en outre être promu auprès des partenaires italiens et suisses de la région pilote du Triangle rhétique.

Dans le Tyrol du Sud, en Italie, le groupe de protection de la nature Vinschgau a soumis une résolution pour assurer la protection d'un cours d'eau, le rio Ram, entre la frontière suisse et l'endroit où il se jette dans l'Adige. Les autorités locales envisagent en effet de réaliser une station hydroélectrique de petites dimensions dans le rio Ram, d'une valeur économique très réduite. Au cours de ces dernières années, le tronçon suisse a été restauré et constitue maintenant un remarquable exemple de cours d'eau renaturalisé. La réalisation de la station en question dans le Tyrol du Sud réduirait à néant les efforts déployés par la Suisse dans le val Müstair pour la connectivité de ce cours d'eau et réduirait considérablement la valeur du système écologique. La résolution portant sur la protection du rio Ram témoigne donc clairement de l'importance de ECONNECT, ainsi que de l'importance de la collaboration internationale en matière de connectivité écologique.

18 February 2010

En Lombardie, un cadre de réseau écologique est devenu une loi

Le 18 février, la Région Lombardie (I) a officiellement approuvé le réseau écologique régional (RER) qui regroupe et prend en compte, dans la programmation territoriale, toutes les zones prioritaires de conservation définies en 2001, à Gap, par le programme alpin européen du WWF et ses partenaires. Il s'agit là d'une décision riche de conséquences pour l'Italie aussi bien que pour l'ensemble des régions alpines et pour les projets, comme Econnect, ciblés sur la connectivité ; de fait, c'est la première fois qu'un cadre de réseau écologique acquiert force de loi en Italie.
 
Il s'agit donc d'un véritable tournant, par effet duquel toutes les provinces seront maintenant tenues d'aligner sur cette résolution leurs prochaines phases de programmation, en prenant en compte les espaces inclus dans le RER. La Région, la  Fondazione Lombardia Ambiente et des sponsors privés contribueront en outre à financer un plan biennal de suivi permanent, qui débutera cette année.

16 February 2010

La région des Alpes calcaires du nord: comment impliquer la population locale

Dans le cadre du projet Espace alpin « ECONNECT », des interviews ont été menées auprès de 170 parties prenantes des trois provinces : Haute-Autriche, Basse-Autriche et Styrie. Il leur a été demandé de répondre à un questionnaire portant sur leurs connaissances, leur expérience et leurs idées sur la connectivité des habitats et sur les barrières éventuelles.
 
L'objectif de ces interviews était d'obtenir un cadre d'ensemble des opinions sur ce sujet, ainsi que des informations concernant les projets en cours ou à venir en matière de connectivité écologique dans la région.  
Les interviewés ont également été interrogés sur les habitats et les espèces, aspects importants de la connectivité dans la région pilote, et sur leur intérêt éventuel à participer à l'élaboration de projets.
Dans le même temps a été créée une base de données recensant les possibilités de financement, qui inclut toutes les ressources pouvant répondre à des projets traitant de connectivité écologique.

Le 9 décembre, les résultats de ces deux activités ont été présentés à environ 45 participants au centre des visiteurs Ennstal (parc national Kalkalpen, Haute-Autriche).
Les prochaines étapes prévoient l'échange d'informations et d'expériences avec les groupes de parties prenantes et l'élaboration d'objectifs, de thèmes et de projets dans la région pilote, sur la base de quatre groupes de travail:
 
- Communication - relations publiques - développement régional - tourisme
- Fleuves et habitats fluviaux
- Forêts naturelles
- Prairies et pâturages alpins

8 February 2010

La connectivité écologique et la loi: quand une barrière devient un outil

Le projet ECONNECT a pour objectif de créer les meilleures conditions possibles de connectivité écologique dans la chaîne des Alpes, conformément à l'art. 12 du protocole Protection de la nature de la Convention alpine: «Les Parties contractantes prennent les mesures adéquates pour établir un réseau national et transfrontalier d'espaces protégés, de biotopes et d'autres éléments protégés ou dignes de protection dont le caractère est reconnu. Elles s'engagent à harmoniser les objectifs et les mesures applicables aux espaces protégés transfrontaliers.» 

Un volet important du projet est celui concernant les barrières légales (ou module de travail 6), mené de front par le MATTM, le ministère italien de l'environnement, l'EURAC, la Région Vallée d'Aoste et le CIPRA (France). Son activité progresse régulièrement, en ce début de deuxième année de vie d'ECONNECT.

Principaux objectifs de ce volet: définir le cadre juridique de la mise en réseau écologique dans les différents pays alpins, fournir des exemples et proposer des bonnes pratiques (telles que le GECT, Groupement européen de coopération territoriale, un nouvel outil adopté par l'Union européenne), l'idée étant d'établir des liaisons entre les espaces protégés transfrontaliers afin de faciliter la migration et la préservation de la faune et de la flore sauvages au sein de l'espace alpin.
A titre d'exemple, des experts provenant de l'EURAC, un institut de recherche appliquée innovante situé au cœur de l'arc alpin, et de la Région Vallée d'Aoste effectuent actuellement une analyse comparative sur les cadres juridiques de la connectivité écologique dans tous les pays alpins, à commencer par la France et l'Italie, afin d'évaluer la situation actuelle et de produire une méthodologie pouvant être utilisée également ailleurs.
 
En outre, les partenaires de projet impliqués dans ce volet sont en train d'analyser la situation juridique des régions pilotes du projet ECONNECT, dont beaucoup sont transfrontalières. Le CIPRA organise d'ailleurs, pour le 6 mai à Grenoble, un atelier spécialement ciblé sur ces régions, dans le prolongement d'un précédent atelier sur la coopération transfrontalière entre espaces protégés des Alpes, qui s'était tenu le 19 avril 2009 à Domodossola, en Italie, à l'initiative du MATTM et de l'EURAC. Ce sera l'occasion aussi de discuter des résultats provisoires d'une enquête intéressant toutes les régions pilotes.
Cet atelier a également donné aux acteurs impliqués dans la réalisation d'un réseau écologique alpin la possibilité de s'informer et de se confronter sur les aspects juridiques de cet effort commun. Les résultats des ateliers et des analyses en cours seront illustrés dans un rapport final devant être présenté lors de la Conférence finale sur la connectivité écologique et la loi, prévue pour décembre 2010 à Aoste, en Italie.

Il est à espérer que, dans l'intervalle, ce volet du projet aura contribué à sensibiliser les acteurs impliqués, facilitant la gestion harmonisée des corridors transfrontaliers, et à modifier l'approche vis-à-vis de la loi, de telle sorte que celle-ci soit perçue non plus comme une barrière, mais comme un outil.

3 February 2010

Autriche: quand la pression exercée par l’exploitation arrive en altitude

La forme de blocage psychologique qui avait jusqu'alors empêché la planification et l'autorisation de projets destinés aux zones de haute montagne s'est sensiblement réduite en 2009. Faisant état des dangers liés à la destruction des ressources paysagères et récréatives alpines, le club alpin autrichien (OeAV) s'est mis en avant pour demander que soit mis en place un cadre équilibré de planification territoriale, en vue de préserver les paysages typiques alpins.

L'on observe dans toute l'Autriche une tendance généralisée à construire des téléphériques et autres infrastructures de ski à l'intérieur d'espaces protégés et d'autres zones présentant une valeur élevée ; il est par exemple prévu de construire un téléphérique traversant l'espace protégé du Warscheneck, un chemin de fer souterrain à crémaillère traversant, de Sportgastein à Schareck, la zone centrale du parc national Hohe Tauern ou encore le projet d'un téléphérique dans la « zone de tranquillité » de Kalkkogel.
En 2010, le OeAV se penchera de plus près sur tous ces cas ; lors d'une conférence de presse qui s'est tenue fin 2009, il a vivement demandé au gouvernement du Tyrol de définir un cadre interdisant l'exploitation des espaces protégés.

Le Piz Val Gronda représente un exemple très intéressant de ce processus. Pendant 30 ans, ce sommet situé entre l'Autriche et la Suisse a régulièrement été menacé d'exploitation, qui lui a toutefois été épargnée grâce à l'extrême richesse floristique de cette région et à sa variété géologique et géomorphologique exceptionnelle.

Le document scientifique de l'OeVD, intitulé « Piz Val Gronda - une oasis naturelle caractéristique au cœur des Alpes autrichiennes » peut être téléchargé à partir de ce site: http://www.alpenverein.at/naturschutz/Publikationen/Fachbeitraege/index.php?navid=43 (en allemand).

21 January 2010

Alpes-Maritimes : des corridors pour éviter les accidents de voiture

Les corridors écologiques ne sont pas seulement un outil de préservation de la biodiversité ; ils se montrent également efficaces dans la réduction des accidents de voiture sur les autoroutes.

Econnect est un projet européen innovant lié au programme Espace Alpin 2007-2013, conçu pour rétablir les liaisons entre différents habitats des zones alpines, mais s'intéresse également de près au problème des accidents de la route causés par des collisions véhicules-animaux. Les animaux sauvages, comme par exemple les ongulés, les oiseaux de proie, les poissons et les amphibiens, se déplacent toujours sur les mêmes itinéraires pour se nourrir ou se reproduire. Il peut arriver que ces itinéraires croisent des autoroutes, ce qui crée des situations potentiellement dangereuses pour les automobilistes et pour les espèces terrestres.

D'après le parc naturel Alpi Marittime, l'une des sept régions pilotes formant le projet, il y a eu, au cours des deux dernières années, 419 accidents de voiture impliquant des ongulés dans le district de Cuneo (données fournies par l'administration provinciale de Cuneo - département Sauvegarde de la faune et de la flore). Il s'agit dans la plupart des cas d'accidents qui ont mis en danger la vie des conducteurs, mais qu'une meilleure planification du territoire et des infrastructures, associée à une utilisation plus avisée des technologies existantes, aurait pu permettre d'éviter. De nouvelles méthodes pour aider les animaux à traverser les voies à grande circulation sont testées dans le département français de l'Isère (une autre région pilote Econnect). Le dispositif consiste à placer, des deux côtés de la route, des détecteurs de mouvement et de chaleur ; un signal intermittent avertit le conducteur quand un animal s'apprête à traverser.
 
Le parc national Alpi Marittime a été choisi en raison de sa riche biodiversité et de sa position géographique, considérée comme un élément de liaison entre les Alpes et la Provence, la Méditerranée et la plaine du Pô. Les autres institutions italiennes soutenant ce projet sont : la Région autonome Vallée d'Aoste, l'Académie européenne de Bolzano, le Ministère de l'environnement et le WWF Italie. Y participent également le parc national du Mercantour (France) et le parc fluvial  Gesso & Stura, directement appelés en cause par le parc Alpi Marittime, en même temps que d'autres autorités et institutions, susceptibles, de par leurs compétences, de contribuer à la gestion concrète de problèmes touchant la conservation et la biodiversité.


Le projet Econnect vise à créer dans différentes zones alpines des corridors écologiques, c'est-à-dire des espaces naturels où la propagation de la faune et de la flore se fait librement, à l'écart des barrières artificielles ; c'est là une bonne manière d'assurer la préservation du génome, qui est essentiel pour la survie des espèces. De plus, Econnect promeut la création d'un réseau permettant, par une approche commune aux problèmes, de surmonter les « frontières » scientifiques et méthodologiques.

L'intérêt du parc italien s'exprime sur trois plans principaux:

- Connectivité aérienne: réduire les dangers que présentent pour les galliformes alpins (tétras lyre, lagopède alpin et perdrix bartavelle) les câbles suspendus des remonte-pentes ou des lignes d'électricité. Il est prévu de mettre en place des mesures visant à améliorer la sécurité des oiseaux de proie migrateurs, spécialement le long de la vallée Stura, où des éoliennes seront probablement installées.
 
- Connectivité aquatique: prendre en considération toutes les barrières placées dans les criques et trouver la manière de réduire ou éliminer les éléments entravant les mouvements de la faune et de la flore aquatiques.

- Connectivité terrestre: identifier les infrastructures qui constituent un problème pour les espèces les plus sensibles.

4 November 2009 -
6 November 2009

Séminaire international: Echange d'expériences pour la création de corridor écologiques dans les Alpes et au-delà.

L'Université d'Innsbruck, le Cemagref de Grenoble et le Conseil général de l'Isère (Région Pilote en France), en tant que parties impliquées dans le Work Package 8 "Transfert de Connaissances", organisent un séminaire international qui se tiendra dans les environs de Grenoble, du 4 au 6 novembre 2009. Le but de cet atelier est de discuter et de partager certains outils méthodologiques communs et des concepts pour une compréhension complète du projet.

 

15 October 2009 -
16 October 2009

Conférence internationale «Réseau écologique dans la région des Alpes - une réponse aux changements climatiques qui aidera à préserver la biodiversité?" - Berchtesgaden, Allemagne

La réunion vise à identifier les points de corrélation entre le réchauffement climatique et la perte de la biodiversité. Dans les décennies à venir, notamment en Europe centrale et dans la région alpine on assistera à de grands changements en ce qui concerne la composition de certaines espèces et des habitats. La création d'un continuum écologique pour faciliter la migration en altitude et, en particulier, le passage du sud au nord peut être la réponse adéquate à ce problème.

30 September 2009

La seconde Newsletter ECONNECT est disponible

Consultez la deuxième newsletter du projet ECONNECT!